Gurek û rovîk bûne destbrayên hev


Gurek û rovîk bûne destbrayên hev.

Rojekê, gur birçî bû; gote rovî, go:

« Ezê te bixwim ».

Rovî go : « Malava, ez û tu destbrayên hev in, çawan

tu dibêjî ezê te bixwim ? »

Go : « Bira, qet fêde nake, ezê te bixwim ».

Rovî go : « Niha, ko ezji te re tiştekî çêbikim ko tu bi roj herî nav keriyên

mih û berxan û kes te nebîne, tê min efû bikî ? »

Gur go : « Heke tu tiştekî wilo ji min re bikî, ez li dinayayê qenciya te

ji bîr nakim ».

Rovî go : « De, bide pey min ! »

Gur da pey û rovî berê xwe da serê çiyê û bi hewa ket heta ko her du

gihane serê çiyê.

Hema rovî bi şivên ter ket ûjêkirin, le ser hev kirine kom.

Paşê destpêkir û selikek çêkir.

Heta gihande nêvî, gote gur :

« Bira, de were tê de rûne ».

Gur jî hat, tê de rûnişt û rovî pê ket.

Hêdî hedî devê selikê da hev, heta ko devê wê girt û qenc asê kir.

Carekê dehfa xwe lê da û di kêş hema wer kir.

Gurê gewir bi selika xwe serjêrî nava gundekî bû.

Se û zarokên gund li gur hatine hev û gur di selikê de kuştin.

Un loup et un renard devinrent frères jurés.

Un jour, le loup eut faim ; il dit au renard :

« Je vais te manger ».

Le renard dit : « Allons donc ! Moi et toi, nous sommes frères jurés, comment peux-tu dire :

« Je vais te manger ? »

(Le loup) dit: «Frère, il n’importe; je vais te manger ».

Le renard dit : « Maintenant, si je te fabrique quelque chose qui te permette d’aller en plein jour au milieu des troupeaux de brebis et d’agneaux sans que personne te voie, m’épargneras-tu ? »

Le loup dit : « Si tu me fais quelque chose de la sorte, tant que je serai au monde, je n’oublierai pas ton bienfait ».

Le renard dit : « Alors, suis-moi ».

Le loup le suivit et le renard prit la direction de la montagne; il monta jusqu’à ce que tous deux arrivassent au sommet.

Aussitôt, le renard se mit à couper des tiges fraîches qu’il entassa.

Puis, il entreprit de faire une corbeille.

Arrivé à la moitié, il dit au loup : « Frère, viens t’asseoir dedans ».

Le loup vint s’asseoir dedans et le renard continua.

Peu à peu, il ferma l’orifice de la corbeille, le liant bien solidement.

D’un coup, il poussa (la corbeille) et la fit rouler sur la pente.

Le loup naïf, dans sa corbeille, dévala jusqu’au milieu d’un village.

Les enfants et les chiens du village se rassemblèrent et tuèrent le loup

dans la corbeille.

Posté par Adil Kurdî le mar 28 2013. inséré dans Adil Kurdî, Français, Kurdî, Nivîs û Analîz, Rojev, Çîrok. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.

Les commentaires sont fermés

Connexion | rojbasvarto