Turquie : une victoire kurde lourde de menaces

Avec 13 % des voix, le parti HDP va faire son entrée au Parlement. Pourtant, malgré cette victoire, le processus de paix risque d’être enterré.

Dimanche, Diyarbakir, principale ville des régions kurdes de Turquie, était en liesse. Le HDP, formation pro-kurde militant pour le droit des minorités, n’arrive que quatrième du scrutin législatif, pourtant, c’est bien une victoire que l’on célèbre ici.

Avec 13 % des voix, le parti coprésidé par Selahattin Demirtas franchit ainsi haut la main le barrage des 10 % imposé à chaque formation politique par la Constitution pour siéger au Parlement. Un hémicycle qui comptera désormais 79 députés sous l’étiquette HDP, dont 30 femmes.

Les klaxons, les feux d’artifice, les cris de joie résonnent dans la nuit et marquent la fin d’une haletante journée pour les habitants de Diyarbakir. Dès 8 heures ce matin, les familles se sont déplacées en nombre à l’ouverture des bureaux de vote (87 % de participation à l’échelle nationale). « Faites bien attention à votre bulletin », avertissait un habitant à la sortie du vote. La peur des fraudes est dans tous les esprits. Beaucoup de partisans du HDP craignent en effet de se faire voler une victoire que leur promettent les sondages.

Attentats

Et la Turquie est coutumière du fait. Tous gardent en mémoire les municipales de 2014 lorsqu’une coupure de courant de plusieurs heures avait plongé dans le noir plusieurs bureaux de vote à Ankara pendant le dépouillement. « Un chat entré dans un transformateur », avait alors gauchement répondu le ministre de l’Énergie pour justifier la panne. Alors, tout au long de la journée de dimanche, les réseaux sociaux ne cessent de rapporter des tentatives de fraude dans la région ou pointent du doigt ces voitures suspectes, sans plaque d’immatriculation, postées non loin des bureaux de vote.

Au fil de la journée, la victoire du parti-pro kurde à Diyarbakir semble indiscutable. Dans la région, le HDP remporte près de 78 % des voix, loin devant le parti d’Erdogan, l’AKP (14,7 %). « C’est ce genre de réponse qu’on attendait après les attentats : protester par le vote, la solidarité, et non par la violence », répond satisfait Suat devant les résultats de son parti. Car, depuis deux jours, Diyarbakir pleure ses morts. Vendredi, au cours du dernier meeting de campagne du HDP, deux bombes ont explosé en plein cœur de la foule faisant quatre morts et des centaines de blessés et de mutilés. Le point d’orgue d’une campagne tendue pour les membres du parti, victimes régulières d’attaques et de violences.

« Même si nous sommes attaqués cent fois de plus, nous parviendrons quand même à atteindre notre but », relativise un habitant de la ville. Et ce dimanche, la patience des partisans du HDP semble avoir payé.

La fin du processus de paix

Mais très vite, après la joie, les doutes ressurgissent. « Ce soir, les Kurdes célèbrent la victoire du HDP, mais, demain, ils vont se rendre compte qu’un gouvernement de coalition entre l’AKP et MHP les attend », remarque Devran, jeune étudiant. En effet, victorieux (avec 40,78 % des voix) mais fragilisé, le parti islamo-conservateur au pouvoir n’a désormais plus la majorité au Parlement et doit trouver un allié. Et tout laisse à penser que son choix se portera sur le parti nationaliste du MHP, arrivé troisième du scrutin (16,37 %), derrière les sociaux-démocrates du CHP (25,03 %).

Une alliance plus que probable qui enterrerait pour de bon le processus de paix avec les Kurdes. En effet, la formation nationaliste d’extrême droite n’a pas caché son hostilité à la reprise des négociations, lancée par Erdogan, entre le gouvernement et les séparatistes du PKK en décembre 2013. Des négociations aujourd’hui au point mort, à la suite du virage très nationaliste de l’AKP et du président Erdogan en fin de campagne, que le HDP et ses 79 nouveaux parlementaires n’entendent pas abandonner.

Le Point – Publié le 08/06/2015 à 07:50

rojbas varto Posté par rojbas varto le juin 10 2015. inséré dans Français, Nivîs û Analîz, Rojev, kurdistan. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.

Les commentaires sont fermés

Connexion | rojbasvarto